EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.
EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.
EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.
EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.
EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.
EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.
EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.
EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.
EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.
EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.
EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.
EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.
EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.
EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.
EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.
EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.
EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.
EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.

EPAVE D’EPEE A LA MOUSQUETAIRE XVIIIe.

Last items in stock
€290
Epée de ville faite vers 1760.

 

Monture fer avec forte oxydation due à un séjour dans une cave.

Le pommeau sphérique est surmonté d’un bouton de rivure.

La garde comporte une branche, quillon terminé en goutte.

Pas d’âne typique de cette forme de monture.

Le plateau est à double pontats symétriques.

La fusée en bois de la poignée a disparu avec le temps.

Il reste le départ de la lame triangulaire (16,5 cm).

Epée de ville faite vers 1760.

 

 

 

Ref. 63346, détails :

Sur les montures à la mousquetaire, le pas d’âne, constitué de deux arcs formant anneaux, était à l’origine destiné au passage de l’index et du majeur pour une meilleure préhension de l’arme lors des combats d’escrime. Vers la fin du XVIIIe siècle, il deviendra un élément décoratif de ce type d’épée, en ayant perdu toute fonctionnalité. 

 

63346
1 Item
No reviews