» » » TUNIQUE DE COMMANDANT D’ARTILLERIE DE MARINE BELLE EPOQUE.
Toutes les vues de l'objet :
TUNIQUE DE COMMANDANT D’ARTILLERIE DE MARINE BELLE EPOQUE.
TUNIQUE DE COMMANDANT D’ARTILLERIE DE MARINE BELLE EPOQUE.
TUNIQUE DE COMMANDANT D’ARTILLERIE DE MARINE BELLE EPOQUE.
TUNIQUE DE COMMANDANT D’ARTILLERIE DE MARINE BELLE EPOQUE.
TUNIQUE DE COMMANDANT D’ARTILLERIE DE MARINE BELLE EPOQUE.
TUNIQUE DE COMMANDANT D’ARTILLERIE DE MARINE BELLE EPOQUE.

TUNIQUE DE COMMANDANT D’ARTILLERIE DE MARINE BELLE EPOQUE.

150 €
En stock En stock

En bon drap noir, avec quatre poches sur le devant.

Col avec grenade brodée (dorure passée avec le temps) avec cannetille.

Fermeture par une rangée de boutons demi-sphériques en laiton ornés du symbole de l’artillerie de marine, une ancre sur deux canons croisés et surmontée d’une grenade.

Bas du dos avec quatre boutons identiques.

Les poches de poitrine comportent deux boutons du corps de petit module.

Bas des manches avec quatre galons dorés.

Bonne doublure soyeuse de couleur noir.

Porté par un officier de l’Artillerie de marine à la veille de la Grande Guerre.

 

Ref. 62645, détails :

En France, les militaires servant dans l’artillerie de marine sont traditionnellement appelés « bigors » alors que les soldats de l’Infanterie de Marine portent le nom de « marsouins ». L'origine du mot est parfois attribuée au bigorneau,  les soldats étant, au milieu du XIXe siècle, débarqués des navires pour être fixés à leurs batteries côtières, comme le coquillage sur le rocher. Plus vraisemblablement, cette origine remonte à l'époque de la marine à voiles. Il s'agit de l'altération du commandement "Bigues dehors !" qui précédait l'ouverture des sabords par lesquels les canons des navires étaient appelés à faire feu.

Scannez le code pour accéder à cet article sur votre mobile
Exporter la fiche d'identification en PDF