Toutes les vues de l'objet :
PAIRE D’ETRIERS MONGOLS.
PAIRE D’ETRIERS MONGOLS.
PAIRE D’ETRIERS MONGOLS.
PAIRE D’ETRIERS MONGOLS.
PAIRE D’ETRIERS MONGOLS.
PAIRE D’ETRIERS MONGOLS.
PAIRE D’ETRIERS MONGOLS.

PAIRE D’ETRIERS MONGOLS.

200 €
En stock En stock

Fabriqués en fer forgé.

Les sommets sont décorés à jours de lettres « todo bichig » avec des gravures représentant des fleurs. Orifices pour le passage des étrivières.

Les côtés comportent vers le haut une frise et vers le bas un décor à jour. 

La plaque horizontale est un joli travail de forge.

Bel état avec un joli poli satiné qui respect l’ancienneté.

Époque XIXème de la dynastie Qing militaire mongole impériale 

 

Réf. 23026

Haut : 170 mm, diamètre de la plaque légèrement ovale : 130 x 135 mm. 

Largeur : 140 mm.


L’étrier est un objet important dans l’histoire de l’équitation et de son emploi guerrier.  
En effet, facilitant la monte du cavalier en l’assurant dans sa selle, l’étrier va améliorer l’utilisation de l’épée (du sabre) mais surtout de la lance et augmenter les performances de l’archer cavalier (plus de précision pour le tir). 

Comme la plupart des accessoires du cheval, l’étrier est d’origine ‘asiatique’.  
Les Xiongnu semblent l’avoir employé dès le IIIème siècle av J-C, peut-être même l’ont-ils introduit de Mongolie en Chine du Nord.  

 

Vendu avec son certificat de sortie du territoire.

En Mongolie, tous les objets anciens sont désormais hors de prix et aucune autorisation n'est plus délivrée pour la sortie d'objets anciens il n’est donc plus possible de les sortir du pays.

De toutes les façons elles sont devenues rarissimes, car peu ont survécu avec le nomadisme et les destructions diverses.

Scannez le code pour accéder à cet article sur votre mobile
Exporter la fiche d'identification en PDF