» » » » » HACHE DE SAPEUR DE LA SECONDE GARDE IMPÉRIALE.
Toutes les vues de l'objet :
HACHE DE SAPEUR DE LA SECONDE GARDE IMPÉRIALE.
HACHE DE SAPEUR DE LA SECONDE GARDE IMPÉRIALE.
HACHE DE SAPEUR DE LA SECONDE GARDE IMPÉRIALE.
HACHE DE SAPEUR DE LA SECONDE GARDE IMPÉRIALE.
HACHE DE SAPEUR DE LA SECONDE GARDE IMPÉRIALE.
HACHE DE SAPEUR DE LA SECONDE GARDE IMPÉRIALE.
HACHE DE SAPEUR DE LA SECONDE GARDE IMPÉRIALE.
HACHE DE SAPEUR DE LA SECONDE GARDE IMPÉRIALE.

HACHE DE SAPEUR DE LA SECONDE GARDE IMPÉRIALE.

1 150 €
En stock En stock

Le fer est dans une petite patine grise avec petits groupes de piqures éparses et une zone d'oxydation plus épaisse sans profondeur près du manche. Le talon se termine en pique à quatre face. Très bon état des angles et du fil, malgré une petite cassure au sommet du fil.

L'emmanchement se fait à travers un large oeil, un goujon en acier est fixée sous le fer dans le manche.

Manche en bois patiné, traces de petits coups et de manipulations, grande garniture laiton avec boule terminale, petits coups sans gravité.

Le haut du manche côté gauche est marqué "12" et "18[.]2".

 

Ref. 21555:

Long totale : 40 cm.

 

La Garde impériale fut rétablie par décret du 1er mai 1854 de Napoléon III. L'escadron des cent-gardes, créé par le décret du 24 mars 1854, n'en faisait pas partie.
En 1865, après fusion des deux régiments de carabiniers de ligne rétablis en 1825, le nouveau régiment de carabiniers est incorporé à la Garde impériale.
Au début du conflit et jusqu'à la chute de l'empire, la garde impériale entre dans la composition de l'Armée du Rhin. Elle est alors commandée par le général de division Bourbaki, son chef d'état-major est le général d'Auvergne.
La Garde impériale fut dissoute à la chute de l'Empire. Toutefois, lors du siège de Paris, les dépôts de la Garde impériale constituèrent des unités encore combattantes.

Scannez le code pour accéder à cet article sur votre mobile
Exporter la fiche d'identification en PDF