» » » » GLAIVE MODELE 1842/52 DE SAPEUR SUISSE.
Toutes les vues de l'objet :
GLAIVE MODELE 1842/52 DE SAPEUR SUISSE.
GLAIVE MODELE 1842/52 DE SAPEUR SUISSE.
GLAIVE MODELE 1842/52 DE SAPEUR SUISSE.
GLAIVE MODELE 1842/52 DE SAPEUR SUISSE.
GLAIVE MODELE 1842/52 DE SAPEUR SUISSE.
GLAIVE MODELE 1842/52 DE SAPEUR SUISSE.

GLAIVE MODELE 1842/52 DE SAPEUR SUISSE.

170 €
En stock En stock

La monture entièrement en bronze est inspirée de celle du glaive d’infanterie modèle 1831 français. 

Elle comporte un pommeau surmonté d’un bouton de rivure et la poignée est cannelée de 26 cordons. 

Les quillons de croisière se terminent par des tourillons. 

Marquage P 07 avec matricule S 2523 de l'autre coté.

La forte lame de 51,5 cm est plate, marquage "Gebr. Weyersberg Solingen" et le poinçon de la confédération helvetique de l'autre coté. 

Un des tranchants comporte 52 dents de scie. 

La lame est dans son poli patiné, quelques taches de surface sans gravité et piqures plus profondes localisées en groupes. 

Bon fourreau en cuir noir avec deux garnitures laiton patiné, chape avec pontet. Petites craquelures et légers enfoncements sans gravité. Le cuir a rétréci avec l'âge, laissant la lame à nu sur 0.5 cm environ.

Intéressant glaive de sapeur en service dans les troupes suisses au milieu du XIXe siècle.

 

 

Ref. 64932:

Longueur : 668mm

Matricule : S 2523

Ce modèle de glaive a été utilisé par les sapeurs, les troupes de forteresse, les télégraphistes et les pionniers aérostiers. Les sapeurs, également appelés « Pioneer », exécutaient une variété de fonctions du génie militaire tels que la construction de ponts,  les démolitions, les défenses sur le terrain. La lame à dents de scie n’était pas destinée à infliger des blessures horribles, mais servait à couper des arbustes pour les fortifications de campagne.

Au XIXe siècle, l’organisation de l’armée suisse reposait sur le système de la milice. La constitution fédérale de 1848 interdisait à la confédération d’entretenir une force militaire permanente. Chaque canton comportait une milice composée des jeunes citoyens qui avaient l’obligation d’y servir.

Scannez le code pour accéder à cet article sur votre mobile
Exporter la fiche d'identification en PDF