HAUSSE-COL D’OFFICIER DE LA GARDE NATIONALE LOUIS-PHILIPPE.
HAUSSE-COL D’OFFICIER DE LA GARDE NATIONALE LOUIS-PHILIPPE.
HAUSSE-COL D’OFFICIER DE LA GARDE NATIONALE LOUIS-PHILIPPE.
HAUSSE-COL D’OFFICIER DE LA GARDE NATIONALE LOUIS-PHILIPPE.
HAUSSE-COL D’OFFICIER DE LA GARDE NATIONALE LOUIS-PHILIPPE.
HAUSSE-COL D’OFFICIER DE LA GARDE NATIONALE LOUIS-PHILIPPE.
HAUSSE-COL D’OFFICIER DE LA GARDE NATIONALE LOUIS-PHILIPPE.
HAUSSE-COL D’OFFICIER DE LA GARDE NATIONALE LOUIS-PHILIPPE.

HAUSSE-COL D’OFFICIER DE LA GARDE NATIONALE LOUIS-PHILIPPE.

Last items in stock
€150
Porté par les officiers de la Garde Nationale durant la Monarchie de Juillet (1830-1848).

 

Croissant bombé en laiton orné au centre d’un coq en cuivre au centre de quatre drapeaux avec coq aux extrémités des hampes, liés par une couronne de laurier.

Les drapeaux portent la mention Liberté Ordre public.

Dos avec sa belle doublure en basane blanche légèrement patinée, fil de cannetille permettant le port avec leurs boutons, légère patine.

Porté par les officiers de la Garde Nationale durant la Monarchie de Juillet (1830-1848).

 

Ref. 65196:

Le hausse-col perpétuait la longue tradition de cette accessoire adopté au XVIIIe siècle pour distinguer l’officier du soldat. Il constituait l’ultime survivance des armures portées par les chevaliers du Moyen-Age. Selon les époques et les régimes politiques, il pouvait être orné d’un insigne  représentant le corps de troupe de l’officier ou le souvent d’un symbole représentant le régime politique du moment. 

 

 

65196
1 Item
No reviews