» » » » FUSIL D’INFANTERIE Mle 1822 POUR LA GARDE NATIONALE.
Toutes les vues de l'objet :
FUSIL D’INFANTERIE Mle 1822 POUR LA GARDE NATIONALE.
FUSIL D’INFANTERIE Mle 1822 POUR LA GARDE NATIONALE.
FUSIL D’INFANTERIE Mle 1822 POUR LA GARDE NATIONALE.
FUSIL D’INFANTERIE Mle 1822 POUR LA GARDE NATIONALE.
FUSIL D’INFANTERIE Mle 1822 POUR LA GARDE NATIONALE.
FUSIL D’INFANTERIE Mle 1822 POUR LA GARDE NATIONALE.
FUSIL D’INFANTERIE Mle 1822 POUR LA GARDE NATIONALE.
FUSIL D’INFANTERIE Mle 1822 POUR LA GARDE NATIONALE.
FUSIL D’INFANTERIE Mle 1822 POUR LA GARDE NATIONALE.
FUSIL D’INFANTERIE Mle 1822 POUR LA GARDE NATIONALE.
FUSIL D’INFANTERIE Mle 1822 POUR LA GARDE NATIONALE.
FUSIL D’INFANTERIE Mle 1822 POUR LA GARDE NATIONALE.

FUSIL D’INFANTERIE Mle 1822 POUR LA GARDE NATIONALE.

800 €
En stock En stock

Métal poli dans une petite patine grise avec taches de surface et piqures hétérogènes.

La platine à silex du modèle 1777 corrigé An IX a été remontée avec un chien et une batterie artisanales mais bien faites. Le corps rond comporte le marquage atténué au départ "[P F] et P St Etienne", le mécanisme est bien fonctionnel.

Le canon de 102.6 cm est à pans courts au départ puis rond, pas de marquage particulier, l’intérieur lisse a sa surface oxydée.

Le bois est dans une jolie patine, macaron de crosse daté 1817, macaron atténué avec coq de la Monarchie de Juillet au centre, marquage de St Etienne. 

Garnitures fer du modèle 1777 corr. an IX.

Baguette fer à fine tête poire.

Intéressant fusil de fabrication privée fait sous Louis-Philippe pour la Garde Nationale et remis à silex par un collectionneur.

 

Ref. 63429, détails :

Longueur : 1420mm

Après la révolution de 1830, la Garde Nationale devint la garante du régime de Louis-Philippe. L’augmentation des effectifs créa un énorme besoin en armes et les armuriers privés furent mis à contribution. La Garde Nationale n’étant pas très regardante sur les armes fournies, les armes fabriquées pouvaient réunir des éléments de divers systèmes d’armes. 

Le marquage D.F.P. & P. signifierait : DESCOS Frères PAILLARD & PEYRET, arquebusiers à Saint-Etienne (Loire) vers 1830. 

Scannez le code pour accéder à cet article sur votre mobile
Exporter la fiche d'identification en PDF