» » » » FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
Toutes les vues de l'objet :
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.
FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.

FUSIL D'INFANTERIE Mle 1822 T bis.

800 €
En stock En stock

Calibre 18.

Les parties métalliques sont polies, petite granulosité d’une ancienne oxydation de surface.

La platine a été réglementairement transformée à percussion comme l’indique la pièce bouchant l’emplacement du bassinet, elle est joliment marquée de la Manufacture Royale de Charleville et le rarissime poinçon de Wilquet, réviseur à Charleville de 1831 à 1835.

Le fonctionnement est bon, les crans sont un peu pâteux.

Le canon est multiplement poinçonné, deux dates, une indéchifrable et l'autre 1819 indiquant le réemploi d'un canon de 1816, la queue de culasse est bien millésimée du modèle 1822 T bis.

L’intérieur comporte de bonnes rayures, fine oxydation sans gravité.

Le bois est dans une belle patine, la crosse est multiplement poinçonnée et marquée de la Manufacture de Chatellerault et de St Etienne où a eu lieu la transformation, macaron daté de 1853. Marquage au fer et en toutes lettres de "Boutet".

Bonnes garnitures fer. Avec sa baguette à tête de clou.

 

Joli exemplaire du fusil 1822 T bis en service dans l’Armée française tout au long du XIXe siècle, cet exemplaire ayant probablement servi dans la Garde Nationale. Très intéressant par sa multiplicité historique!

 

Ref. 65966:

Longueur : 1410mm

 

Ce fusil a été fabriqué avec une platine à silex sous Louis-Philippe, a été modifié à percussion au cours de son règne, puis a vu son canon rayé sous Napoléon III, un exemple d’économie pratiquée par les gouvernements français du XIXesiècle !

Scannez le code pour accéder à cet article sur votre mobile
Exporter la fiche d'identification en PDF