» » » ÉPÉE À DEUX MAINS DE STYLE.
Toutes les vues de l'objet :
ÉPÉE À DEUX MAINS DE STYLE.
ÉPÉE À DEUX MAINS DE STYLE.
ÉPÉE À DEUX MAINS DE STYLE.
ÉPÉE À DEUX MAINS DE STYLE.
ÉPÉE À DEUX MAINS DE STYLE.
ÉPÉE À DEUX MAINS DE STYLE.
ÉPÉE À DEUX MAINS DE STYLE.
ÉPÉE À DEUX MAINS DE STYLE.

ÉPÉE À DEUX MAINS DE STYLE.

850 €
En stock En stock

Inspirée des épées des Doppelsöldner du XVIe siècle.

La monture entièrement en fer forgé comporte un pommeau sphérique à cotes de melon relié à la garde par une longue poignée recouverte de tressage en fil métallique. 

La garde comporte deux quillons de croisière droits et deux anneaux à côtés plats. 

Le métal est dans une patine sombre avec petite oxydation de surface. 

La lame droite et plate de 126.5 cm comporte deux tranchants s'affinant en pente douce. 

La lame est munie de deux crocs sur le premier tiers, elle comporte des traces de martèlement de forge. 

Épée faite à la Belle Epoque pour la décoration des grandes demeures.

 

Ref. 21070 :

Longueur : 1634mm

 

 

Les guerriers qui les utilisaient dans les formations de lansquenets étaient appelés « Doppelsöldner » - « double-solde », parfois même appelés « triple-solde », puisque payés deux fois la solde habituelle en raison d'une espérance de vie très limitée -, et avaient plus particulièrement pour fonction de protéger les coins des carrés de piques et d'arquebuses lors des charges, en taillant les têtes des piques adverses afin d'y ouvrir une brèche, puis d'y exécuter soit des moulinets dévastateurs, soit des attaques en demi-épée, une technique d'utilisation impliquant de tenir la lame à pleines mains pour en raccourcir virtuellement la longueur - cela notamment dans des endroits clos où manœuvrer une arme de deux mètres de long pouvait s'avérer malaisé. Une fois les premières lignes percées, ils étaient alors souvent soit percutés par leur propre cavalerie, soit encerclés et tués, mais ils pouvaient aussi servir à contrer les charges de la cavalerie ennemie en posant le pommeau de l'arme au sol, puis en la tenant par un des anneaux de sa garde afin de blesser les chevaux.

Scannez le code pour accéder à cet article sur votre mobile
Exporter la fiche d'identification en PDF