» » » COUTEAU RÉGLEMENTAIRE DE SCAPHANDRIER ANGLAIS.
Toutes les vues de l'objet :
COUTEAU RÉGLEMENTAIRE DE SCAPHANDRIER ANGLAIS.
COUTEAU RÉGLEMENTAIRE DE SCAPHANDRIER ANGLAIS.
COUTEAU RÉGLEMENTAIRE DE SCAPHANDRIER ANGLAIS.
COUTEAU RÉGLEMENTAIRE DE SCAPHANDRIER ANGLAIS.
COUTEAU RÉGLEMENTAIRE DE SCAPHANDRIER ANGLAIS.
COUTEAU RÉGLEMENTAIRE DE SCAPHANDRIER ANGLAIS.

COUTEAU RÉGLEMENTAIRE DE SCAPHANDRIER ANGLAIS.

350 €
En stock En stock

La forte poignée en caoutchouc comporte des cannelures et un pommeau laiton.

Courte garde ovale en laiton.

La forte lame de 19.6 cm est de section losangique avec pointe arrondie, elle est dans une patine noire avec petite peau d'orange régulière, due à ses nombreuses "sorties" sous-marines.

Avec son fort fourreau en laiton en bon état, lourd pour rester en position. Il comporte une patte d'accroche en toile, revêtue d'une couche simili-cuir, avec boucle, la toile estlégèrement éfilochée et le revêtement est craquelé.

Sympathique objet des "pieds lourds" anglais, sur le modèle des Ets SIEBE-GORMAN, fait en Angleterre vers 1950.

 

Ref. 64418:

Longueur : 339mm

 

Contrairement au plongeur autonome, le scaphandrier est, le plus généralement, alimenté en gaz respirable par la surface, via son narguilé, partie intégrante de son scaphandre à casque. Il utilise différents types de casques de plongée et d'habits en fonction du travail qu'il a, à effectuer ou des conditions dans lesquelles il doit plonger. Il y a eu tout de même quelques modèles de scaphandres qui ont été autonomes et n'ont donc pas été alimentés en air de surface, comme, entre autres, les scaphandres Rouquayrol-Denayrouze (détendeurs alimentés par une réserve d'air comprimé et fabriqués en France à partir de 1864), ou les scaphandres Dräger (recycleurs alimentés en oxygène et fabriqués en Allemagne à partir de 1912).

De nos jours, les scaphandriers utilisent des vêtements étanches, un casque KMB et sont alimentés en gaz par narguilé. Lorsque les scaphandriers sont amenés à travailler à des profondeurs comprises entre 18 et 350 mètres, le scaphandrier peut plonger en respirant des mélanges de gaz qui adaptent la teneur en oxygène à la profondeur de travail, comme le nitrox ou l'héliox. Si elles sont strictement contrôlées et préparées à l'avance, les plongées aux mélanges permettent aux scaphandriers de travailler à des profondeurs de l'ordre de 200 ou 300 mètres, voire de 500 mètres, comme celles réalisées dans les années 1970 par la Comex et le GISMER.

Les scaphandriers professionnels, civils ou militaires, peuvent aussi plonger à des profondeurs de l'ordre de centaines de mètres en utilisant un scaphandre rigide, mais ce type de scaphandre est destiné à des travaux rares et chers à effectuer. Le scaphandre rigide Newtsuit, un modèle canadien, permet de travailler à 300 mètres de profondeur. Ses dérivés, commercialisés sous la marque Hardsuit, sont opérationnels jusqu'à 600 mètres.

Scannez le code pour accéder à cet article sur votre mobile
Exporter la fiche d'identification en PDF