» » COLLECTION DE GARNITURES D'EPEES CHINOISES EN PIERRES DURES.
Toutes les vues de l'objet :
COLLECTION DE GARNITURES D'EPEES CHINOISES EN PIERRES DURES.
COLLECTION DE GARNITURES D'EPEES CHINOISES EN PIERRES DURES.
COLLECTION DE GARNITURES D'EPEES CHINOISES EN PIERRES DURES.
COLLECTION DE GARNITURES D'EPEES CHINOISES EN PIERRES DURES.
COLLECTION DE GARNITURES D'EPEES CHINOISES EN PIERRES DURES.
COLLECTION DE GARNITURES D'EPEES CHINOISES EN PIERRES DURES.
COLLECTION DE GARNITURES D'EPEES CHINOISES EN PIERRES DURES.
COLLECTION DE GARNITURES D'EPEES CHINOISES EN PIERRES DURES.
COLLECTION DE GARNITURES D'EPEES CHINOISES EN PIERRES DURES.
COLLECTION DE GARNITURES D'EPEES CHINOISES EN PIERRES DURES.
COLLECTION DE GARNITURES D'EPEES CHINOISES EN PIERRES DURES.
COLLECTION DE GARNITURES D'EPEES CHINOISES EN PIERRES DURES.

COLLECTION DE GARNITURES D'EPEES CHINOISES EN PIERRES DURES.

120 €
En stock En stock

Belle série de neuf éléments de garniture en jade et autres variétés de pierres dures pour épées longues chinoises : gardes, pontets de fourreau, bouterolles, certaines anciennes, d’autres contemporaines dans le style antique.

Etat parfait, quelques fissures naturelles, jolies patines.

 

Les pièces de ce style remontent à la fin de l’époque des Royaumes Combattants et à la période Han, à peu près entre le IVe siècle av. J.-C. et le IIIe siècle apr. J.-C. Ensuite, elles ont continué à être produites pour équiper des armes funéraires ou symboliques, notamment celles déposées dans les tombes de nobles personnages. Cette pratique a duré jusque vers le XVIIIe siècle, mais la production s’est poursuivie jusqu’à nos jours dans un esprit de continuité typiquement chinois.

 

Matériaux et techniques étant identiques, il est extrêmement difficile de distinguer entre pièces antiques (parfois retaillées et rafraîchies) et plus récentes (certaines patinées artificiellement).

 

Ref. 21403:

 

Les épées longues de style chinois et leurs garnitures ont également été très employées par les guerriers nomades de la steppe : Sarmates et Alains, Saces d’Asie Centrale, Huns.

Voir la planche montrant le montage de ces pièces sur les épées de bronze puis de fer.

 

Voir aussi: « Excalibur » N° 35, décembre 2004 ; I. Lebedynsky, « De l’épée scythe au sabre mongol », Errance, Paris, 2008, p. 84-98 (avec photo des éléments vendus ici p. 85) ; Iron and Steel Swords of China, p. ; W. Trousdale, The long sword and scabbard slide in Asia, Smithsonian Institution Press, Washington, 1975.

Scannez le code pour accéder à cet article sur votre mobile
Exporter la fiche d'identification en PDF