» » » CASQUE DE DRAGONS Mle 1845.
Toutes les vues de l'objet :
CASQUE DE DRAGONS Mle 1845.
CASQUE DE DRAGONS Mle 1845.
CASQUE DE DRAGONS Mle 1845.
CASQUE DE DRAGONS Mle 1845.
CASQUE DE DRAGONS Mle 1845.
CASQUE DE DRAGONS Mle 1845.
CASQUE DE DRAGONS Mle 1845.

CASQUE DE DRAGONS Mle 1845.

1 500 €
En stock En stock

La bombe en laiton est comporte quelques petites  traces de manipulation sur les côtés, elle est bien matriculée et poinçonnée à l’arrière avec la date 1851. Porte-plumet sur le côté gauche, à décor de feuilles de laurier.

Les garnitures laiton sont en bon état. Les côtés du cimier sont ornés d’une rangée de godrons alternant avec des feuilles, le devant est décoré d’une tête de gorgone au-dessus d’une grenade, il est surmonté d’un marmouset de crins noirs avec embase circulaire en laiton à décor de feuilles de laurier. Il comporte La crinière de crins noirs est en bel état. Le bandeau joliment restitué est à motifs tachetés, les originaux sont rarissimes à trouver, voire impossible dans cet état de conservation.

Jonc en laiton sur le pourtour de la visière et du couvre-nuque, les doublures en basane ont disparu avec le temps.

Bonnes jugulaires à anneaux laiton sur cuir noir, maintenues par des rosaces ornées d’une tête de fleur.. 

Bonne coiffe intérieure en cuir. 

En service au début du Second Empire dans les régiments de Dragons de l’armée française.

 

Ref. 63556 détails :

Matricule 851, du 2régiment de dragons fabriqué en 1862.

 

Plusieurs hypothèses existent sur l'origine du terme dragon.

Au Moyen Âge, le dragon était considéré comme le symbole de la puissance et de la vaillance, deux qualités qui le rendent quasiment invulnérable. C'est ce qui explique en partie que de nombreux chevaliers l'aient placé dans leurs armoiries. Dans les récits médiévaux des Chevaliers de la Table ronde, l'étendard du roi Arthur est orné d'un dragon volant.

Au XVIe siècle, un corps de troupe adopta un dragon sur son étendard. C'est sans doute pour cette raison que le terme dragon a été utilisé pour désigner le soldat de cette troupe. Cette hypothèse a été retenue par Voltaire et Littré, avec cependant quelques variantes.

Une autre hypothèse sur l'origine du terme dragon a été développée par le capitaine Choppin, dans son Histoire des Dragons, parue en 1893. Selon ce dernier, le surnom dragon a été donné à Guillaume de Gomiécourt, seigneur de Wailly au XIIe siècle et ennemi acharné des Anglais, par Henri Ier. Plus tard, son fils, Raoul Dragon de Gomiécourt, leva une troupe de soldats combattant à pied et à cheval. Ces derniers se livrant au pillage et au carnage furent appelés Dragons comme leur chef.

Une autre théorie dit que le terme dragon viendrait d'un type d'arquebuse du même nom, utilisé par des troupes de la Renaissance.

 

Scannez le code pour accéder à cet article sur votre mobile
Exporter la fiche d'identification en PDF