» » » » » PISTOLET A SILEX A DEUX CANONS CONSULAT.
Toutes les vues de l'objet :
PISTOLET A SILEX A DEUX CANONS CONSULAT.
PISTOLET A SILEX A DEUX CANONS CONSULAT.
PISTOLET A SILEX A DEUX CANONS CONSULAT.
PISTOLET A SILEX A DEUX CANONS CONSULAT.
PISTOLET A SILEX A DEUX CANONS CONSULAT.
PISTOLET A SILEX A DEUX CANONS CONSULAT.
PISTOLET A SILEX A DEUX CANONS CONSULAT.
PISTOLET A SILEX A DEUX CANONS CONSULAT.
PISTOLET A SILEX A DEUX CANONS CONSULAT.

PISTOLET A SILEX A DEUX CANONS CONSULAT.

900 €
Ajouter au panier
En stock En stock

Les parties acier polies sont dans une légère patine grise, la surface du métal est dans un bel état de conservation avec quelques pailles de forge et taches d'oxydation de surface bégnines. 

Les platines à silex sont bombées et sans marquage particulier.

Elles comportent des chiens à col de cygne et des bassinets à garde-feu.

Les mécanismes sont fonctionnels, ressorts bien fermes, crans nets et batteries cémentées.

 

Les canons en table de 15.8 cm sont à pans courts au départ puis ronds, la première moitiée a conservé un décor de frise à motif floral et trophées d'armes. Deux poinçons ovales "LCC" étoilés, peut-être la marque de Lucas Chabot, arquebusier au début du XIXe siècle. Sous les canons se trouve un poinçon "AC".

Les intérieurs ont leur surfaces oxydées en surface mais propres, lumières dégagées. Ces canons sont montés à vis et non à crochets, il faut retirer la vis de queue de culasse pour les démonter.

Cette dernière comporte une cuvette de visée.

 

La monture à fût long est dans une belle patine, elle comporte des décors de fils d'argent incrustés en rinceaux. Petit manque à l'avant gauche.

Les garnitures fer sont polies, sous garde se terminant en urne florale et calotte à longue queue de type bec de corbin.

Double détente.

Avec sa baguette en bois avec tête en os.

 

Elegant pistolet de défense fait sous le consulat du Premier consul Napoléon Bonaparte.

 

 

Ref. 63652:

Longueur: 303mm

 

La recherche d’une meilleure efficacité du pistolet à silex trouva une solution en doublant le nombre de coups disponibles. Ces pistolets à deux coups reprenaient le principes des canons en table des fusils de chasse contemporains, avec mise à feu par des platines inversées. Ces armes, d’une fabrication plus onéreuse, ne supplantèrent jamais les classiques pistolets à un coup. Il faudra attendre l’invention du revolver pour apporter au tireur une plus grande puissance de feu.  

 
Scannez le code pour accéder à cet article sur votre mobile
Exporter la fiche d'identification en PDF